mercredi 16 juillet 2014

Et paf ! 9 mois !

Ma première réaction lorsque j'ai appris la condamnation d'Anne-Sophie Leclère, ex-candidate FN à la mairie de Rethel dans les Ardennes, pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe, a été:
"Et paf! 9 mois! Prends ça dans les dents, bien fait!"
Réaction à chaud, cela va sans dire.
Et puis, ensuite je me suis dit:
"Bah dis-donc, ils y vont pas de main morte les magistrats. 9 mois, c'est beaucoup quand même."
Oui c'est beaucoup. Mais finalement, qu'est-ce qu'il y a de choquant là-dedans?
Que 9 mois nous paraissent beaucoup (voire trop) ou que d'autres délits qui nous paraissent plus graves soient moins sévèrement sanctionnés?
Je ne sais pas.
 
Toujours est-il que 9 mois ferme, ça me semble beaucoup. A la limite, du sursis, j'aurais compris. Mais bon, la peine va sans doute être allégée en appel.
Une bonne grosse amende, 10 ou 15 ans d’inéligibilité (et non pas 5) et (pourquoi pas?) quelques TIG dans une asso m'auraient semblé un peu plus appropriés.
 
Pendant ce temps-là, la page Facebook de soutien à la brave dame compte déjà 6078 abonnés.

Ce qui me surprend en plus de tout ça, c'est la réaction du FN. Souvenons-nous que le parti putride avait immédiatement viré ladite Anne-Sophie.
 
Pourquoi n'a-t-il pas viré Jean-Marie Le Pen après ses conneries sur Patrick Bruel ou Ebola?
 
C'est une question qui se pose non?

Pour sa défense, Madame a déclaré:
"Cette photo, c'était de l'humour. L'image a été postée sur ma page Facebook et je l'avais supprimée quelques jours après d'ailleurs, ce n'est pas moi l'auteur".
"L'image a été postée"... Ça veut donc dire que, comme pour la fanpage de Christian Estrosi, cette brave dame n'y serait pour rien? 
Et hasard ou coïncidence, ce matin sur iTélé, Christian Estrosi était lui-même invité à donner son avis sur cette question. Rigolo.
 
Bref. Comme toutes celles et ceux qui s'intéressent à cette affaire, j'attends l'appel. Et on verra bien.
 
Toujours est-il que cette première condamnation fera date, c'est certain et j'espère qu'elle fera jurisprudence. Ça prouve une nouvelle fois qu'on ne peut pas dire n'importe quoi n'importe comment sur les réseaux sociaux, et c'est déjà pas si mal.

Mais... A l'heure où la réforme pénale de Madame Taubira (que je soutiens) est sur le point d'être adoptée, je vois mal comment Anne-Sophie Leclère pourrait faire de la taule pour injure à caractère raciste. Qu'elle soit définitivement virée de la vie politique et qu'elle mette copieusement la main à la poche me semblerait bien plus réaliste crédible.

Ou alors, ça fait jurisprudence et il va falloir condamner un sacré paquet de gens pour des faits similaires.

Enfin, comme le dit Jegoun: ce qui est à gerber, c'est de voir les uns et les autres s'indigner davantage sur la lourdeur de sa peine que sur les insultes racistes qui fusent librement un peu partout sur le web ou qui sortent tout droit du bec de politiques en fonction.

lundi 14 juillet 2014

Bravo Président!

Comme tous les ans, j'ai regardé le défilé du 14 juillet dans mon poste. J'aime bien. Je ne saurais dire pourquoi. Je ne suis pas particulièrement belliciste, pas militariste non plus. Mais j'aime bien.
Sans doute est-ce parce que pendant 5 ans, j'ai bossé sur l'armée dans le cadre de ma thèse.
Bref.
Et ce matin, comme le 11 novembre, des abrutis ont sifflé François Hollande.
Pendant 5 ans, je me suis fadé le défilé du 14 juillet avec Sarko et ses Ray Ban rutilantes. Et je n'ai pas souvenir qu'il ait été sifflé. Et pourtant, il y avait matière.


Mais depuis que nous sommes en dictature socialiste, les opposants au régime, brimés et muselés, se lâchent pendant les cérémonies officielles.

Ils se lâchent. et leurs sphincters avec eux.


Entendons-nous bien: je n'attends pas des spectateurs du défilé qu'ils soient béats devant François Hollande et la cavalerie. Mais je ne supporte pas qu'on se permette de siffler le président élu démocratiquement un jour comme le 14 juillet.

Les chaînes d'info continue n'ont eu de cesse de faire tourner, en boucle, en long, en large et en travers, ce moment où François Hollande se fait siffler lorsqu'il remonte les Champs Elysées.
Et bien, rien que pour les faire chier, moi je décide de faire tourner ça: le bain de foule que François Hollande s'est offert en fin de cérémonie sous les applaudissements et aux cris de "Bravo Président!", "On croit en vous!" ou "Courage!"

Juste parce que je suis une affreuse gauchiste hollandolâtre, béate et - par-dessus le marché - de très mauvaise foi.



Enfin, contrairement à ce que certains éditorialistes ont pu critiquer, j'ai particulièrement apprécié le défilé en hommage aux poilus dans leurs uniformes bleu horizon.


D'autres ont critiqué le lâcher de colombes... Prétextant qu'avec ce qui se passe en Irak, en Israël, en Syrie ou en Centrafrique, c'était absurde et inapproprié. Admettons. Mais ça me fait doucement rigoler quand celles et ceux qui critiquent sont les mêmes qui critiquent également quand les armées françaises s'engagent au Mali ou en Centrafrique, ou qui hurlent au scandale quand quelques politiques comme Eva Joly en 2012 suggère de supprimer les festivités du 14 juillet.

Alors?
Il aurait fallu faire quoi?
Annuler le défilé?
Zigouiller les colombes?

jeudi 10 juillet 2014

Le choc de simplification chez Pôle Emploi, c'est pour quand?

Plus ça va, moins j'en fais ici.
J'ai de bonnes raisons hein: bricolage, rangement, perspectives de job... Et quand j'ai 3 minutes à tuer, je me bats avec Pôle Emploi.
Ce cher Pôle Emploi occupe une place de choix dans ma vie et sur ce blog depuis longtemps déjà.
Pendant ce temps-là, j'ai appris que le Gouvernement, dans son choc ce simplification, avait lancé le site Faire simple. C'est un site participatif auquel chacun peut contribuer.

Du coup, comme je suis à deux doigts de faire sauter Pôle Emploi, je suis allée voir si, sur les 98 propositions déjà déposées en ligne, quelqu'un avait eu la brillante idée de parler du bordel sans nom et du parcours du combattant que chaque chômeur doit affronter. 

Parmi les résultats proposés par le site quand je fais une recherche sur "Pôle Emploi", deux seulement illustrent assez bien ma crispation du moment:
  • Avoir un interlocuteur humain identifié:
Oui parce que le 3949, c'est bien gentil mais répéter 42 fois la même histoire à 42 interlocuteurs différents après avoir patienté 27 minutes sur un serveur vocal crachant une mélodie abrutissante, c'est un peu crispant.
  • Envoi des bulletins de salaire à Pôle Emploi par email:
C'est une bonne idée mais c'est déjà possible. C'est ce que j'ai fait pendant 10 mois. Sauf qu'en juin 2014, lors que mon dernier RDV avec ma conseillère, j'ai appris qu'elle ne les avait jamais reçus. Mais bon, étant donné que mon dossier était à jour, elle en a déduit que mes fiches de paie leur étaient bien parvenues.

Je m'en vais donc de ce pas m'inscrire sur ce site pour essayer de retranscrire par écrit les différents points qui peuvent être améliorés dans le parcours du demander d'emploi, à savoir:
  • Possibilité de prendre un RDV chez Pôle Emploi avant la date de fin de son CDD
  • Faire en sorte que les organismes qui gèrent le chômage des anciens employés de la fonction publique communiquent davantage avec Pôle Emploi
  • Faire en sorte que ce ne soit pas au chômeur de faire la navette entre Pôle Emploi et son gestionnaire chômage de la fonction publique
  • Réduire les délais entre le 1er RDV chez Pôle Emploi et le versement de la 1ère ARE
  • Ne plus permettre qu'un chômeur reste 1 mois, 2 mois voire 4 mois sans aucune ressources financières
Bref. En image, ne plus permettre ça:


mercredi 2 juillet 2014

Toi aussi, joue au SarkoBingo

Afin de préparer au mieux notre visionnage de l'intervention de Nicolas Sarkozy ce soir au 20h de TF1 en duplex Dolby Surround sur Europe numéro 1, et même si nous savons déjà que nous allons bien rigoler, ajoutons un peu de rigolade à la rigolade, en participant au SarkoBingo que je choure sans aucun scrupule à mon ami Politeeks.


Bien entendu, vous pouvez compléter cette grille en suggérant d'autres citations dans les commentaires hein.

lundi 30 juin 2014

Youpi! On n'a plus d'ABCD de l'Egalité, mais on a des mallettes!

J'ai crié au loup en apprenant la fin des ABCD de l'Egalité.
Didier Goux m'a dit qu'ils reviendraient.
... Mais sous une autre forme très édulcorée: les ABCD sortent par la grande porte et reviennent par la fenêtre dans une "mallette pédagogique".

Après la boîte à outils de François, la mallette de Najat et Benoît.

Résumons.

A l'automne 2013, étaient lancés en grande pompe les ABCD de l'Egalité:
L'objectif était d’agir dès l’école primaire pour lutter contre la formation des inégalités dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation. Il offrait aux enseignants des outils et des ressources pour aider à la prise de conscience des préjugés, dans et hors la classe, afin de transmettre une culture de l’égalité entre les sexes.
Ils ont été mis en place dans 600 classes de 10 académies et une généralisation était prévue pour la rentrée 2014 après évaluation des premiers résultats.

Ils ont permis
  • la formation des formateurs et des formatrices : inspecteurs et inspectrices de l’Éducation nationale (IEN), conseillers et conseillères pédagogiques de circonscription (CPC)
  • la sensibilisation des enseignants et des enseignantes du premier degré dans le cadre du plan de formation de proximité (1/2 journée) 
  • l' accompagnement tout au long du déploiement selon des modalités définies au sein de chaque circonscription du premier degré,
  • l'expérimentation et l' accompagnement des enseignants et des enseignantes dans les classes par les IEN/CPC.
Pour accompagner les enseignants dans leur tâche, un site internet conçu par le CNDP en lien avec le ministère de l’Éducation nationale (DGESCO) et le ministère du Droit des femmes (DGCS-SDFE), ainsi qu’une animation nationale ont été mis en place. Le site internet avait une triple ambition :
  1. valoriser et diffuser les références et les documents existants,
  2. faciliter la production et le partage de nouvelles ressources pour les classes par les équipes pédagogiques et les élèves,
  3. encourager le travail collaboratif et renforcer les échanges autour des pratiques professionnelles en faveur de l’égalité filles-garçons.  
Pendant toute l'année scolaire 2013-2014, des réfractaires ignares menés par Farida Belghoul ont vociféré des aberrations tout droit sorties de leur imagination tordue: "Au secours! On va apprendre à nos enfants à se masturber dès la maternelle et on va transformer ma fille en garçon et mon garçon en fille". Sans parler de la pseudo menace de la pseudo théorie du genre brandie à tour de bras par ces mêmes ignorants.

Depuis ce matin, Najat Vallaud-Belkacem et Benoît Hamon rament à contre-courant tant qu'ils peuvent pour convaincre les fervents défenseurs des ABCD de l'Egalité, dont je suis, que leur nouveau plan d'action n'est pas une reculade. 
Voyons voir.
Alors que les ABCD n'étaient qu'une expérimentation auprès de 600 enseignants volontaires, désormais:
"ils seront 30 000 en formation initiale et potentiellement 330 000 enseignants du 1er degré à avoir accès aux outils indispensables pour apprendre aux écoliers qu’ils sont égaux, que garçons et filles doivent se respecter et qu’il n’y a pas une formation, un diplôme, un métier qui soit réservé à un sexe plutôt qu’à un autre". (source)
Mais... Alors qu'on s'attendait à ce que les résultats de cette expérimentation aient des retombées immédiates sur la rentrée 2014, on apprend que les programmes sont en cours de refonte, et qu'on n'en aura pas connaissance avant 2016 pour l'élémentaire.
C'est une manière assez habile de laisser un an à la polémique pour retomber... Si elle retombe. Mais rien n'est moins sûr. Et pour rassurer les parents et impliquer les familles qui craignent que leurs enfants ne deviennent des masturbateurs précoces ou des individus asexués, il est prévu d'inscrire la question de l'égalité filles-garçons dans les projets d'établissements. 
Mais là où le bât blesse (encore), c'est que finalement, il ne reste plus grand chose des ABCD puisque le plan d'action prévoit seulement la mise à disposition d'une mallette dont chaque enseignant pourra faire ce que bon lui semble, selon sa propre appréciation. Il n'y a plus grand chose d'obligatoire là-dedans. 
Ce que je crains, c'est que dans les écoles où la Journée de Retrait de l'Education (JRE) initiée par cette trépanée de Farida Belghoul a été un franc succès, les enseignants ne se risquent pas à mettre quoi que ce soit en place qui froisserait les parents ou défriserait Môman.
Par conséquent, ce qui risque d'arriver, c'est que ces mallettes pédagogiques ne soient ouvertes que dans les écoles où ça ne créera pas de polémique. On aura donc une École à deux vitesses: celle où les parents sont ouverts d'esprit et permettent aux enseignants de mettre en place les modules, et celle où Farida Belghoul et consorts auront pignon sur rue et où les enseignants remiseront au placard la fameuse mallette.

Ce nouveau plan d'action, pour être efficace, aurait dû consister en une généralisation automatique des ABCD de l'Egalité en les intégrant directement aux programmes dès 2014.
Et j'ai encore l'impression que la communication gouvernementale a, une nouvelle fois, sévèrement bugué:
  1. Annonce de la suppression des ABCD il y a au moins 3 semaines.
  2. Silence radio pendant 3 semaines.
  3. Présentation du plan d'action pour l'égalité entre les filles et les garçons à l'école le 30 juin
  4. Mise en ligne de la "mallette pédagogique" le 2 septembre 2014
  5. Refonte des programmes pour la rentrée 2016
Alors?
Alors je ne crois pas qu'on soit en pleine reculade mais je crois qu'on rétrograde. Et j'espère sincèrement qu'on rétrograde avant d'accélérer.

Et quand je vois Christine Boutin trépigner, je me dis qu'il y a encore de l'espoir.

Mais quand je vois Henri Guaino se réjouir, j'ai des doutes.

Du coup, j'en arrive à me dire qu'on est encore dans l'à-peu-près et que:

Peut mieux faire

Lectures en plus:
Et une pétition pour bien finir la journée:
... Qui est passée de 2000 à plus de 8000 signatures en 24 heures.
C'est dire si la communication gouvernementale ne convainc pas.

dimanche 29 juin 2014

La mort douce? Je suis pour!

Notre ami Wikipédia nous dit:
"À l'origine, l'euthanasie (grec ancien: ευθανασία: ευ, "bonne", θανατη, "mort") désigne le fait d'avoir une mort douce, que cette mort soit naturelle ou provoquée.
Dans une acception plus contemporaine et plus restreinte, l'euthanasie est décrite comme une pratique (action ou omission) visant à provoquer -particulièrement par un médecin ou sous son contrôle - le décès d'un individu atteint d'une maladie incurable qui lui inflige des souffrances morales et/ou physiques intolérables. Sa pratique relevant à la fois des domaines philosophiques, éthiques et légaux, son contenu exact et son acceptation sont générateurs de puissantes controverses et débats d'idées."
Depuis plusieurs semaines, entre Vincent Lambert, le docteur Bonnemaison et le craquage linguistique de Bernard Kouchner, l'euthanasie, soit-disant sujet tabou, est revenu sur le devant de la scène médiatique.
 
L'euthanasie active et le suicide assisté sont interdits en France. Mais ce n'est pas le cas partout en Europe.


L'euthanasie passive, c'est le renoncement à l'acharnement thérapeutique (renoncement aux traitements médicamenteux, l'interruption de l'alimentation ou de l'hydratation artificielle ou l'administration d'opiacées ou de sédatifs à haute dose, pouvant plonger le malade dans le coma et provoquer la mort au bout de quelques jours).
L'euthanasie active suppose le geste d'un tiers qui administre à un malade une substance létale dans le but de provoquer la mort immédiatement.
Le suicide assisté, c'est quand un tiers fournit au malade une substance mortelle, que ce dernier s'administre lui-même.

En 2002, la loi Leonetti, mettait en place le "droit au laisser mourir" qui autorise un médecin, après avis collégial et autorisation des proches ou du patient, à appliquer un traitement anti-douleur «qui peut avoir pour effet secondaire d’abréger sa vie», mais non de provoquer la mort.

Les frontières entre ces différents moyens d'abréger les souffrances avec effet plus ou moins rapide qui entraîne la mort, sont minces, ambigües et l’interprétation de la loi prête souvent à confusion.

Aujourd'hui, le débat est donc relancé. Et il est légitime, quoi qu'en dise Christine Boutin qui pense qu'en défendant l'euthanasie, on est carrément sataniste. Nous sommes donc 89% de Français à être complètement cinglés. Peut-être même que nous sommes possédés et que nous devrions faire appel à un prêtre exorciste pour nous sortir ces idées morbides du crâne.


Moi aussi chère Christine, je crois dans la vie.
Mais si un jour, par malheur, je n'étais plus qu'un légume, en état végétatif et dont la seule trace de vie dans mon pauvre corps meurtri n'était qu'un simple filet de bave à la commissure des lèvres, et bien il se peut que j'aurais envie d'en finir.
Et j'aimerais avoir le choix vois-tu.
J'aimerais avoir le choix de mourir dans la dignité.
Plus qu'un choix, j'aimerais en avoir le droit.

Par ailleurs, puisqu'on sait que c'est la religion et les dogmes catholiques qui dictent la conduite et le mode de vie de Christine Boutin, libre à elle de penser autrement.

Défendre le droit à mourir dans la dignité, ce n'est pas rendre l'euthanasie obligatoire pour tous les mourants. C'est un peu comme, pendant le débat sur le mariage pour tous, quand certains réacs craignaient que celui-ci devienne la norme universelle qui signerait l'acte de mort de notre civilisation. Un raccourci débile.

Et de même que dans mon portefeuille, j'ai une carte qui dit que je suis donneuse d'organes, on devrait pouvoir avoir le même type de document qui permette à qui de droit de mettre un terme à nos souffrances si nous ne sommes plus qu'une coquille vide.


Enfin, j'espère que François Hollande aura le cran d'aborder la question comme il le promettait dans son 21ème engagement. J'espère que lui et son gouvernement sont prêts à affronter les obscurantistes moisis qui ont pignon sur rue et qui ne manqueront pas de s'organiser en syndicats ou en associations du genre "La vie pour tous" ou "ma vie avant tout"...


Bref. On n'en a pas fini avec les questions dites "sociétales", mais, après ce qu'on a traversé avec les débats sur le mariage pour tous, je me dis que ça peut difficilement être pire.

Lectures en plus:
Euthanasie active, passive, suicide assisté...Les mots du débat 

samedi 28 juin 2014

Egalité, laïcité, fierté?

Aujourd’hui, c'est la Marche des Fiertés. Certains réfractaires (notez que je n'ai pas dit "réacs") diront que c'est complètement débile et que les hétéros ne défilent pas pour revendiquer leur fierté d'être hétéro.
On pourra se dire que c'est un peu comme le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, les 364 autres étant ceux des hommes.
On pourra donc en conclure qu'il n'y a pas de mal à ce qu'une fois par an, les lesbiennes, les gays, les bi et les trans manifestent leur droit à la différence et à l'égalité. 

Bref, chacun y ira de son petit argument pro ou anti marche des fiertés.

On attend d'ailleurs avec impatience les analyses pertinentes de Christine Boutin sur la question.

Hier, Le Refuge annonçait la mort de Peter, un jeune homosexuel dont le corps a été retrouvé par un randonneur en contrebas d'un pont. Toutes les hypothèses convergent vers un suicide. Et pour cause, en septembre dernier, Peter écrivait:
"Mes parents deviennent de plus en plus hard dans leurs prières latines contre le diable. De toute façon, plus rien ne m'étonne après qu'ils aient fait appel à un prêtre exorciste pour me faire changer de bord."
Ce n'est pas la première fois qu'un homosexuel se suicide parce qu'il est rejeté de toutes parts par ses proches. Ce n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière non plus. Hélas. Particulièrement depuis 2 ou 3 ans où la parole homophobe et / ou conservatrice s'est lâchée. Ou comme dirait mon camarade Byayaba, on assiste impuissants à une parole de "droite décomplexée et détendue du slip". Sauf que. Détendue du slip, OK, à condition qu'il soit hétéro le slibard.

Les pires prises de position ont pignon sur rue: Christine Boutin, Frigide Barjot, Marine Le Pen, Civitas, prières cathos de rue, Manif pour tous... Sans parler du cliché "un papa, une maman", qui peut tuer aussi bien des femmes, que des hommes, des hétéros ou des homos.

Dans ce contexte moisi qui n'en finit plus de se putréfier, j'ai retenu deux informations dans la nébuleuse médiatique de cette fin de mois de juin:
  • La pétition lancée par Marianne que je viens juste de signer même si je ne me fais aucune illusion sur son impact. J'adhère totalement au texte et je mets dans le même sac les musulmans extrémistes, les parents de Peter et les Juifs radicaux, pour ne parler que des 3 grandes religions monothéistes. Ces gens ne méritent rien d'autre que la taule quand ils se servent de leurs croyances pour élaborer une pseudo justice conservatrice dangereuse au nom de valeurs familiales ou sociétales moisies. La religion est et doit rester dans la sphère privée et elle ne doit pas entraver les libertés de celles et ceux qui la pratiquent ou de leurs proches. Je suis athée. Ce n'est pas une revendication. C'est un fait. De même que je ne m'attaque pas aux croyants de tout bord, il serait de bon ton qu'il y ait réciproque. Et je plains sincèrement les cathos ou musulmans qui pratiquent leur religion tranquilles pépères sans faire chier personne et qui sont continuellement assimilés à des extrémistes.
  • Égalité filles-garçons: le gouvernement abandonne les ABCD. On peut dire qu'ils ont le sens du timing au Gouvernement. Balancer ça aujourd'hui 28 juin, c'est magistral: "Sacrifier les 'ABCD', expérimentés depuis l'automne dans 275 écoles – sur 48 000 –, pour que les enseignants, pris pour cible par les lobbys traditionalistes, puissent endosser plus sereinement leur mission ? C'est le message que s'échine à faire passer le ministre de l'éducation, Benoît Hamon, sans réussir à gommer l'impression, quatre mois après l'abandon de la loi famille, que le gouvernement cède du terrain aux 'anti-genre'''. J'ai franchement du mal à avaler la pilule

 
Du coup, j'en arrive à me demander si la pétition de Marianne qui s'intitule "Laïcité, il est temps de se ressaisir", ne mériterait pas d'être déclinée en:
 
"Égalité femmes-hommes, il est temps de se ressaisir".