jeudi 30 octobre 2014

Rions un peu avec le centre des impôts de Yerres

Je fiche plus rien ici, c'est n'importe quoi.
Mais je blogue ailleurs, l'honneur est sauf.
Et puis surtout, je m'éclate comme une ouf avec mes deux copains Pôle Emploi (qui vient de me faire passer 2 heures et 23 minutes au téléphone) et les Impôts.
Comme je suis encore trop énervée contre Pôle Emploi, je vais attendre que la colère retombe et je vais te parler du Centre des Impôts de Yerres avec qui j'ai eu l'immense plaisir d'échanger plusieurs coups de fil et mails qui m'ont bien fait rire

Comme tout le monde, j'ai reçu mon avis de de taxe d'habitation. Pas d'impôts fonciers pour moi, je suis locataire.
Comme je m'y attendais, elle a fortement augmenté : + 65 % par rapport à 2013.
Je m'y attendais car :
  1. Je vis à Yerres, ville la plus imposée de France
  2. La dette de la Communauté d'Agglo de la CAVY ne cesse d'augmenter
  3. Les dotations de l'Etat sont en baisse
  4. Mon foyer fiscal gagne plus de pognon qu'en 2013
Donc loin de moi l'idée de contester cette augmentation. C'est la vie.

Mais sur l'avis d'imposition, une petite phrase a attiré mon attention:
Vous ne remplissez plus en 2014 les conditions d'allègement pour bénéficier du même allègement de taxe d'habitation qu'en 2013: voir la notice en ligne de cet avis.
Qu'à cela ne tienne, je me mets immédiatement en quête de la notice en question. Mais point de notice à l'horizon et encore moins de notice en ligne ou jointe.

Ni une ni deux, je téléphone au service national des impôts qui me dit qu'il faut que je voie avec mon centre d'impôts local.

Ni trois ni quatre, je contacte donc le Service des Impôts des Particuliers de Yerres en leur demandant où donc est partie se cacher cette satanée notice. Et bien je viens de recevoir la réponse:
Bonjour Madame / Monsieur Après de vaines recherches, je ne peux que vous conseiller de chercher les informations dans la "brochure des impôts locaux", seul document disponible. Et sinon un quelconque site internet doit pouvoir vous expliquer ça. Nous aussi, bien sûr, mais pas de la façon dont vous le vouliez. Désolée.
Salutations
Ma première réaction a été d'éclater de rire... Et la seconde, je me suis dit que franchement, l'administration française, je commençais à en avoir ma claque.

Mais trêve de suspense, tu trépignes d'impatience pour savoir si j'ai finalement trouvé cette notice...

Et bien non, toujours pas, j'ai trouvé ladite brochure de 310 pages mais je laisse tomber.

Je paierai sans comprendre. Comme souvent. C'est la vie.

Mais la bonne nouvelle, c'est qu'on est en plein choc de simplification.

Ah oui mais non pardon, les impôts ne sont pas concernés par le choc de simplification.

lundi 20 octobre 2014

Vis ma vie de post-chômeuse

C'est l'ami Politeeks qui m'a signalé ce billet:
Allez le lire. Franchement, ça vaut son pesant de noix de cajou.

Il y a longtemps que je n'ai pas envoyé de scuds sur Pôle Emploi. Et pour cause, j'ai retrouvé un boulot. Ce qui, toi visiteur éclairé, ne t'aura sans doute pas échappé puisque je blogue 4 fois moins que quand j'étais au chômage.

Mon dernier billet sur l'ami Paul, c'était celui-ci, daté du 10 juillet:
Et le principal problème que je rencontrais alors était de parvenir tant bien que mal à mettre en route la procédure d'indemnisation pour la triple vacation que j'ai occupée de juin 2013 à mars 2014.

Et bien, nous sommes le 20 octobre et je n'ai toujours pas touché le moindre centime pour mon ARE de juillet. Heureusement que j'ai retrouvé un job entre temps, que j'ai pu emprunter à gauche à droite de quoi colmater les trous béants de mon compte bancaire. Oui heureusement hein, de quoi me plains-je?

Mais j'ai des nouvelles toutes fraîches de mon ami Paul.

Flash-back. Juillet-août 2014:

Pendant tout l'été, mon dossier est resté bloqué dans la tuyauterie de l'ami Paul parce que ce con de Paul ne parvenait pas à identifier mon ancien employeur. J'avais beau lui dire que c'était le Ministère du Travail qui m'avait triple vacationnée pendant 10 mois, il ne me croyait pas et affirmait mordicus que le numéro de SIRET qu'il avait était celui du Ministère de l'Intérieur. Diantre! Aurais-je été une agent de la DCRI sans le savoir?

Après moult échanges avec Paul et des allers-retours entre chez moi et chez lui, j'ai finalement pété une Durit dans le hall du Pôle Emploi de Brunoy :
"Ça commence à bien faire vos conneries, pendant 10 mois j'ai bossé pour le même employeur que vous, alors vous allez vous retirer les doigts de là où ils sont et vous allez dire à qui de droit que je dois être indemnisée par le Ministère du Travail."
Paul:
"Calmez-vous Madame. Vous comprenez, là c'est les grandes vacances, y'a plus grand monde dans les services, donc il va falloir patienter."
Moi:
"Bah oui Paulo, t'as raison. J'ai que ça à foutre: patienter. Puisque je suis au chômage... Et puis, je ne suis plus à 3 mois près pour toucher les ARE. Hein Ducon?
Vendredi 17 octobre:

Je reçois un mail de mon ancien employeur enfin identifié. Et il s'agit bien entendu du Ministère du Travail et non pas d'un illustre service de la Place Beauvau:
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint une copie de la demande d'attestation mensuelle d'actualisation (DAMA)  envoyée le 29/09/2014 à votre pôle emploi pour réclamer une copie de l'attestation mensuelle d'actualisation (AMA) pour les mois de juillet-août et septembre 2014 et me l'envoyer par mail. Ce document est un justificatif comptable obligatoire pour les services de la Direction Régionale des Finances Publiques du département de Paris et de la région Ile de France (DRFIP) en charge de la liquidation de vos indemnités.
A défaut de transmettre ce document en temps voulu, vos allocations risquent d'être versées avec du retard.
Bon bah comme dirait l'autre, je suis plus à 4 mois près.

Donc face à ce nouveau rebondissement trépidant, j'ai contacté mon ami Paul pour savoir où donc étaient passées les fameuses AMA tant attendues.
Je te précise au cas où que, comme je suis une ancienne salariée su Secteur Public, mon "espace candidat" sur le site de Pôle Emploi est vide de chez vide et que je ne peux rien y trouver comme document utile.

Vendredi 17 octobre, le site de Pôle Emploi était hors-service. J'ai donc tapoter le code magique 3949 sur mon téléphone intelligent et, au bout de 24 minutes de musique abrutissante, veuillez rappeler plus tard, le service est saturé.

Aujourd'hui, 20 octobre, je réitère la manipulation.

14 minutes et 22 secondes plus tard, une charmante conseillère avec la bouche pleine d'une espèce de purée de patates chaudes me répond que je ne suis pas au bon service et que quand le serveur vocal me propose de prononcer "Indemnisation", il faut que je prononce "Indemnisation". Sauf que non Madame, c'est pas possible puisque le serveur vocal ne propose jamais de prononcer quoi que ce soit.
"Ah bon? Ah c'est étrange... Ecoutez je ne peux rien faire de plus pour vous. Je vais vous rebasculer sur le serveur vocal et il faudra que vous fassiez exactement ce que vous venez de faire pour tomber sur un autre conseiller qui pourra vous aider, parce que moi, mon poste, là, il est en dérangement."
27 minutes 48 secondes plus tard, je tombe sur un charmant monsieur qui me confirme que les fameuses AMA ont bien été envoyées par courrier à mon ancien employeur le 16 octobre dernier.

Donc il va falloir que je patiente encore un peu. Mais comme dirait l'autre, je ne suis plus à 5 mois près.

Tout ça pour dire quoi? Et bien à l'heure où le contrôle des chômeurs semble être la nouvelle tendance à la mode, il serait plus urgent à mon avis de commencer à réformer ce foutu Pôle Emploi qui est une usine à gaz qui, en ce qui me concerne, ne m'a été d'aucune utilité, conformément à ce qui m'avait été annoncé la première fois que j'y ai foutu les pieds, à savoir:
"Vu votre parcours Madame, vous vous doutez bien que ce n'est pas nous qui allons vous trouver un emploi."
Ce qui n'a pas empêché leurs robots intelligents de me sélectionner les offres suivantes pendant mes 19 mois de chômage:
  • Hôtesse de charme 2.0
  • Rabin
  • Assistante sociale dans l'Armée de l'Air
  • Conductrice de bus
  • Auxiliaire de Vie Scolaire
  • Professeure de chimie organique
  • Critique / testeuse de jeux vidéo
  • Gestionnaire RH
  • Emplois d'avenir en veux-tu en voilà alors que je ne suis pas éligible au dispositif
Et donc, sans surprise, conformément à ce qui m'avait été annoncé, j'ai retrouvé un job, sans l'aide de Pôle Emploi... 

... Comme 67% des chômeurs qui retrouvent un emploi.

Kiss Kiss Notkaz

Je t'ai rebattu les oreilles plusieurs fois avec ce groupe: Notkaz par ci, Notkaz par là.

Entre temps, ils ont inondé le web de photos de vacances de la boîboîte, ils ont envahi le SoundCloud avec leur 1er EP en écoute libre et ils sont passés sur RFI vendredi dernier.
Autant te dire que les gars, ils chôment pas.

Et maintenant, fini de rigoler, c'est d'un album que l'on va parler.

Je t'explique.

C'est hyper simple.
  1. Tu cliques sur chacun des trucs ci-dessous.
  2. Tu trouves ça absolument génial.
  3. Tu rêves de pouvoir te déhancher sauvagement dans ton salon au son du Rokaloya de Notkaz.
  4. Donc il te faut l'album à tout prix.
  5. Donc tu vas sur Kiss Kiss Bank Bank et tu donnes des ronds.
C'est génial non?





http://www.rfi.fr/emission/20141017-not-kaz/

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/notkaz-album-1


dimanche 19 octobre 2014

RIP le sapin #PlugGate

Quand j'ai vu la première photo du "Tree" de Paul Mc Carthy Place Vendôme, ça m'a d'abord fait ni chaud ni froid. Je me suis dit:
"Bon OK, c'est dans le cadre de la FIAC qui dure seulement quelques jours. Pourquoi pas... C'est un peu chelou mais bon."
Et puis voilà.
Quelques heures plus tard, j'ai vu le débat autour de cette œuvre d'art hyper contestée et j'ai halluciné. Et c'est là que j'ai découvert, Ô sombre sainte nitouche que je suis, l'autre définition de "plug". Parce que moi, Ô sombre geek que je suis, plug = plug'n play, tu vois.
Bref.
Donc j'ai vu des dizaines de réacs conservateurs et hypocrites critiquer la mise en place de ce plug anal géant en  plein cœur de Paris.

Cela dit en passant, ça m'a bien fait rigoler de voir Christine Boutin ou Tugdual Derville parler de plug anal sur Twitter.

Finalement, les tradis défenseurs de la famille tradi et des mœurs tradis semblent être de fins connaisseurs des mœurs débridées. Et ils ont les idées drôlement mal placées comme on dit, les tradis.

Re-bref.

Loin de moi l'idée de défendre ce bidule qui, à bien y réfléchir, ressemblait bien à un sapin, c'est une évidence. Problème: les sapins ressemblent à des plugs anaux et les trous de balle ressemblent à des sapins. 

Et quand je pense à tous ces milliers de gens qui vont bientôt ériger dans leur salon des plugs anaux, ça me fait doucement rigoler aussi. Bon OK, j'exagère. Mais après avoir lancé une petite recherche sur Google, force est de constater que les sapins en plastoc ou "high tech" sont tous les plugs.




La preuve:
 

Sans parler des sapins plugs gâteaux.



Ou encore de ces milliers de mini sapins plugs qui vont atterrir dans les mains des enfants...




En fait, le seul tort du "Tree" de Mc Carthy, c'est qu'il était pas assez pointu. Voilà. C'est ça. du coup, il était un peu trop ergonomique si tu vois ce que je veux dire. Merde alors.

Quand je pense à tous les sapins pas pointus que j'ai décorés chaque année chez ma mère, ça fait drôle de se dire qu'on a déballé nos cadeaux aux pieds d'un plug tu vois.

Jegoun dit que les gens sont grotesques. Il dit en substance que ceux qui défendent l’œuvre de Mc Carthy sont grotesques, que ceux qui sont contre pour des raisons vaguement sextoyesques sont grotesques, et que l’œuvre est grotesque.

Bembelly quand à lui rappelle que d'autres œuvres avant le Tree ont créé la polémique. Il prend pour exemple la Pyramide du Louvre. On aurait aussi pu parlé du Centre Pompidou ou des Colonnes de Buren qui, en leur temps, ont provoqué un tollé chez les Parisiens.

La question selon moi n'est pas de juger si oui ou non, c'est joli, moche, équivoque, érotique, porno, débile, grotesque ou amusant. La question, c'est que la Foire Internationale d'Art contemporain, ça dure une semaine à tout casser et que tout le monde sait que les 3/4 des œuvres exposées sont - pour celles et ceux qui n'y connaissent rien en art comme moi - sujettes à polémiques.

Alors quand j'entends des réacs moisis, d'une voix gaullienne d'outre-tombe, hurler "Paris outragée", franchement, je trouve ça pathétique, voire complètement con.

Et moi qui n'y connais rien, ni en art, ni en plug visiblement, et bien moi, ce sapin je le trouvait rigolo. Voilà.

Et sinon, comme le dessine Baudry, c'est quoi la prochaine étape? L'origine du Monde?


Enfin, n'en parlons plus puisque l'arbre-tree-sapin-plug-de-Noël-anal est dégonflé.


RIP the tree.

mercredi 15 octobre 2014

Civitas ta mère

J'ai reçu ce matin cet appel pour signer une pétition.


J'en signe souvent, ça ne mange pas de pain et ça prend 4 secondes. Donc évidemment, tu l'auras deviné, j'ai signé celle-ci.
Du coup, je me suis interrogée sur cette appellation d'"intérêt général"... Pour être considéré comme tel, lesdits organismes doivent avoir une des formes juridiques suivantes:
  • Œuvres ou organismes d'intérêt général présentant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel, ou concourant à la valorisation du patrimoine ou à la défense de l'environnement.
J’émets de sérieux doutes sur chacun des "caractères" énoncés ci-dessus.
  • Associations ou fondations reconnues d'utilité publique.
Heu... Ce n'est visiblement pas le cas puisque Civitas ne sert que les intérêts des homophobes ultra cathos.
  • Fondations d'entreprises (pour les salariés de l'entreprise ou d'une société du groupe).
Non.
  • Fonds de dotation, fondations universitaires.
Non plus.
  • Fondation du patrimoine ou autres fondations ou associations agréées, en vue de la restauration de monuments historiques privés. 
Heu, encore raté.
  • Établissements agréés d'enseignement supérieur ou artistique.
Tout est relatif si on considère que les prières de rues sont artistiques.
  • Organismes agréés ayant pour objet exclusif de participer à la création de petites et moyennes entreprises (PME).
Non plus.
  • Associations cultuelles ou de bienfaisance autorisées à recevoir des dons et legs.
J'ai un sérieux doute sur le soit-disant culte pratiqué par Civitas... Quand à la bienfaisance, je parierais plutôt sur la malfaisance.
  • Organismes ayant pour activité principale la présentation au public d'œuvres dramatiques, lyriques, musicales, chorégraphiques, cinématographiques et de cirque ou l'organisation d'expositions d'art contemporain.
Si on cherche bien, on peut éventuellement déceler des traces d'arts lyrique ou chorégraphique dans l'orchestration de leurs dramaturgies extrémistes dans les rues de Paris.
  • Mandataire financier ou association de financement électoral au profit d'un parti ou groupement politique et d'un ou plusieurs candidats.
En voilà une question qu'elle est bonne. Peut-être que Civitas finance le parti de Christine Boutin?

Du coup, j'en suis arrivée à me dire que ce soit-disant institut sa mère, n'avait rien à faire dans les organismes d'intérêt général pour la simple et bonne raison que, de base, il ne défend pas l'intérêt général, mais celui de trépanés cathos extrémistes minoritaires. Donc, ça dégage.

Pour écrire ce billet, j'ai été obligée de trimballer les guêtres sur leur site moisi où le groupe se présente ainsi:
"L’Institut CIVITAS est un mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l'Église et regroupant des laïcs catholiques engagés dans l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier."
J'aime bien les notions de laïcs catholiques, de royauté sociale du Christ et autres conneries moyenâgeuses.

Je refuse que mes impôts servent à financer ces cinglés donc j'ai signé ici.

Civitas

jeudi 9 octobre 2014

Modulons les allocs!

Ça fait des jours que je me dis que j'ai encore rien glandé sur ce blog...
Sauf hier. J'ai publié une capture d'écran sans texte ni rien et le billet en question a explosé les compteurs des visites. Faut que j'arrête d'écrire en fait.
Je voulais écrire sur la Manif des dingos de dimanche dernier et puis le temps à passé... Et comme cette manif bleu blanc rose est retombée comme un soufflé au fromage moisi, je m'abstiendrai de répéter encore et toujours ce que j'ai déjà maintes fois dit sur ce blog.

Par contre, depuis quelques jours, il y a un sujet qui m'intéresse particulièrement, c'est cette histoire de modulation des allocations familiales selon les ressources. Comme je l'ai déjà écrit en avril 2013, j'y suis favorable.
J'avoue que j'ai un peu du mal à comprendre, et carrément à admettre, que, quel que soit le revenu des parents, toutes les familles touchent la même somme pour leurs enfants. Ça m'échappe complètement.
  • 129,35 euros pour deux enfants,
  • 295,05 euros pour trois enfants,
  • 460,77 euros pour quatre.
Je reste convaincue que certaines familles en ont davantage besoin que d'autres. Du coup, quand les députés PS ont approuvé l'idée d'amender le PLFSS pour proposer que les allocations familiales soient soumises à des conditions de ressources, j'ai applaudi. Pour deux raisons. La première, parce que c'est une preuve de bon sens. La deuxième, parce qu'il y avait longtemps qu'une idée n'avait pas fait consensus chez les socialos.
 
Mais au nom du sacro-saint principe d'universalité, François Hollande a repoussé cette idée. Mais je ne doute pas qu'il examine sérieusement l'idée puisqu'il a juste dit que c'était "un principe qui pour l'instant est en discussion et n'a pas été retenu". 
François Fillon, quant à lui a carrément dit qu'il s'agissait là d'une "attaque contre les familles". Bah voyons. Venant d'un type de droite dont le camp envisageait de fiscaliser les allocs en 2012, c'est cocasse.
 
Cela dit, l'idée n'est pas nouvelle. Ça fait des lustres qu'on en parle.
J'ai souvenir de ma mère, il y a des années de cela, qui bossait dans une grosse boîte informatique américaine à 3 lettres. Elle bossait aux RH et gérait les salariés qu'on appelait alors "détachés internationaux". Les salaires étaient en francs mais s'ils avaient été en euros, on aurait alors dit qu'ils étaient à 5 chiffres. Bref. Et bien je me souviens de ma mère qui s'étranglait à chaque fois qu'elle avait à gérer leurs dossiers d'allocations familiales. "Je ne comprends pas que des gens qui gagnent autant touchent les allocations familiales", disait-elle. Et ma mère n'est pas de gauche, sache-le.

C'est pourtant une sacrée bonne idée selon moi et je suis convaincue que ça ferait faire de sacrées économies à la Sécu.

Et sinon, rien avoir avec la choucroute, mais je me suis toujours demandé pourquoi on continuait de rembourser les médocs qui ont des génériques. Pourquoi on ne rembourserait pas que les génériques, quand il en existe, dès lors qu'ils ont exactement le même conditionnement?

Je pose la question.