mardi 5 juin 2012

Drapeau japonais, SarkoGirls et Langue de Bois: les bas-fonds du #LGJ

 
Hier soir, je crois qu'on a touché le fond au Grand Journal.

Ça fait des mois que je me demande ce que va devenir cette émission que je trouve de moins en moins bonne depuis septembre dernier.
  • Depuis que Charlotte Le Bon est partie.
  • Depuis que Le Petit Journal est devenu indépendant.
  • Depuis qu'Ariane Massenet a pris du galon.
  • Depuis que China Moses est arrivée.
  • Depuis qu'Omar et Fred rament pour inventer de nouveaux personnages.
  • Depuis que la 2nde partie du LGJ se résume à un "bonjour-merci-aurevoir"
Quant aux Guignols, cela fait déjà plusieurs années qu'ils ne me font plus trop rire.
Pourtant, j'adore Bref et les lives du LGJ.
Bref...(c'est le cas de le dire...)
Donc hier, on a touché le fond.
Au cours l'interview de Raymond Depardon, on a touché le fond avec cette réplique affligeante d'Ariane Massenet, appuyée par Jean-Michel Apathie:
Ariane Massenet: "Et qu'est-ce qu'on voit sur le toit derrière lui là à droite?"
Raymond Depardon: "C'est le drapeau"
AM: "Le drapeau quoi?"
RD: "Tricolore"
Michel Denisot: "Ah bah oui: Bleu Blanc Rouge"
AM: "Ah..."
Jean-Michel Apathie: "On dirait un peu le drapeau japonais"
Michel Denisot: "non"
AM: "Ah ben si..."
Nous sommes le 4 juin 2012, il est 19h27 et Ariane Massenet vient de découvrir que le drapeau tricolore flotte au sommet de l’Élysée.

Le fond est atteint.
Enfin c'est ce que je croyais à 19h28.

Mais c'était sans compter sur Nadine Morano qui était invitée après Raymond Depardon.

Florilège.
Michel Denisot: "Qu'est-ce qu'ils ont fait de bien la gauche depuis qu'ils sont au pouvoir?"
Nadine Morano: "Écoutez, pour l'instant, à part faire de la com', ils n'ont pas fait grand chose"
Ariane Massenet: "Vous les loupez pas hein..."
ND: "Je fais une analyse factuelle"
Jean-Michel Apathie: "Vous êtes plutôt Copé ou plutôt Fillon?"
NM: "Je suis plutôt la France"
Collectif: "rrrrrôôôô"
NM: "Mais oui mais ça vous dérange... Mais tant pis pour vous! [...] Je vais vous dire une chose. Nous avons un Secrétaire Général qui fait parfaitement son travail à l'UMP."
MD: "Alors aujourd'hui, vous avez été mise en examen pour diffamation, Canal + aussi..."
NM: "Vous aussi"
MD: "Suite à un vif échange qui a été fait sur ce plateau le 22 septembre dernier entre vous et l'avocat des familles des victimes de Karachi, Maître Morice"
NM: "Alors Canal + est mis en examen pour diffamation. Moi pour complicité de diffamation. [...] C'est le monde à l'envers. Sachez que Monsieur Morice, et je le dis encore une nouvelle fois ici, ne s'est pas comporté en homme de droit puisqu'il a tenu des propos diffamatoires à l'égard de Nicolas Sarkozy. Je persiste et je signe. Et par ailleurs, je vais vous dire une chose: c'est qu'à l'issue de cette procédure, je contre-attaquerai pour dénonciation calomnieuse et pour procédure abusive. Voilà. Parce qu'à un moment: trop c'est trop. Ce monsieur a fait ici de la politique, il n'a pas fait du droit, il ne respecte pas la présomption d'innocence. Il a calomnié sans preuve le Chef de l’État et donc, ça n'est pas acceptable. J'ai défendu mes convictions, j'ai émis une opinion et ce que j'ai dit chez vous n'a rien de diffamatoire."
AM (le Grand Oral): "Il y a un magazine féminin qui s'appelle Be qui s'est demandé 'que vont devenir les SarkoGirls?'"
MD: "Ariane Massenet va faire La Matinale"
NM: "Ah c'était une SarkoGirl ?"
MD: "Nan c'est une blague"
JMA: "Qu'est-ce que vous en pensez?"
NM: "Je réponds que je ne vois pas pourquoi on s'occuperait de recycler comme vous venez de le dire les SarkoGirls et qu'on ne parle pas des SarkoBoys... Ah un moment ça va bien hein... [...] Quand j'ai quelque chose à dire, c'est comme en famille, je lave le linge sale à l'intérieur et sans témoin. [...] Moi je ferai de la politique, ma passion c'est la France. [...] C'est ce que j'ai dit à Nicolas Sarkozy: 'il y a deux choses qui risquent de me faire plaisir, c'est que le magazine Marianne fasse faillite puisque tu n'es plus là et c'est que je risque de sortir des marionnettes des Guignols de l'info'. Ça, ça ce me ferait plaisir aussi, ou alors je leur offre un Bescherelle parce que ma marionnette utilise un langage qui n'est pas le mien."
Voilà.

Tel était le niveau du Grand Journal hier soir.

Affligeant.

Mais comme je suis quand même de bonne foi, j'avouerai que je suis d'accord - et c'est assez rare pour être souligné - avec une seule chose qu'a dit Nadine Morano : "Je réponds que je ne vois pas pourquoi on s'occuperait de recycler comme vous venez de le dire les SarkoGirls et qu'on ne parle pas des SarkoBoys"

Mais j'ajouterai que je vomis ce concept moisi de SarkoGirls, Holandettes, Juppettes et autres diminutifs et sobriquets qui ne contribuent qu'à décrédibiliser les femmes en politique en les plaçant continuellement sous la tutelle des hommes.

Bref. J'ai regardé Le Grand Journal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous qui passez par là, ne restez pas anonyme et choisissez au moins un pseudo.
Et si vous voulez balancer du lien, intégrez cette balise