dimanche 30 septembre 2012

Demain j'arrête

Demain j'arrête
2 jours sans bloguer.

Et je ne compte pas mon dernier billet sur les Questions de Genre puisqu'il a été rédigé il y a plusieurs jours et programmé pour avant-hier.

Entre temps, une connasse brave dame a défoncé l'arrière de ma bagnole. Celle-ci ayant 23 ans (pas la connasse brave dame, mais ma caisse), assurée au tiers et cotée 455 € à l'argus, le montant des réparations - selon un professionnel de la marque en qui j'ai toute confiance depuis le jour de ma naissance - s'élevant à 2500 € HT, sans compter la main d’œuvre ni le fait que la plupart des pièces ne sont plus disponibles, vous comprendrez que j'aie été un peu occupée ces dernières 48h.
Bref.
Alors comme j'étais stressée, j'ai un peu abusé de la nicotine.

Je sais, c'est mal: le tabac c'est tabou on en viendra tous à bout.

Je sais.

Pas besoin de me faire la morale.

Alors comme bon nombre de fumeurs, à chaque fois que mon paquet de blondes se prend une augmentation, je sors ma calculette et je me dis: Demain j'arrête.

Sauf que demain, c'est maintenant (et que j'ai présentement une clope à la main), c'est lundi 1er octobre, et que demain mon paquet va prendre environ 40 centimes. 

Et là j'essaie de comprendre.
On me dit depuis des années que l'augmentation du prix du tabac est censée entraîner une baisse de sa consommation.

Il paraît que ça marche. Un peu.

D'après un rapport de l'OMS, une augmentation de 10% du prix des clopes contribuerait à réduire de 4% les ventes. Pourtant, l'OMS ainsi que les associations de lutte contre le tabagisme précisent que "la mesure la plus efficace [serait] d'augmenter le prix du tabac en relevant les taxes". Or, le taux de taxation du tabac n'a pas été relevé depuis 2004.
J'arrête là ma démonstration car je risque de m'emmêler les pinceaux.

Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est que j'ai l'impression que cette augmentation est avant tout "politiquement correcte".

Elle fait mal au portefeuille, c'est clair.
Elle va rapporter du fric à l’État, c'est évident.

Mais d'un côté on a l’État qui s'éreinte à vouloir nous faire arrêter de fumer et de l'autre, on a ce même État qui s'enrichit sur les ventes de clopes. Que se passerait-il alors si un jour on arrêtait vraiment tous-tes de fumer? L’État aurait gagné son pari de santé publique, mais il ne gagnerait plus de fric sur les clopes.

D'où ma question: l’État a-t-il vraiment intérêt à ce que nous arrêtions de fumer?

Ou n'a-t-il pas plutôt intérêt à continuer de procéder à des augmentations annuelles de quelques centimes, même si celles-ci n'ont que peu d'incidence sur le nombre de fumeurs?

Et pour couronner le tout, ce sont celles et ceux qui gagnent le moins et qui appartiennent aux catégories socioprofessionnelles les moins lucratives qui fument le plus (rapport de l'INVS). On sait, je ne vous apprend rien, que le stress entraîne une consommation élevée du tabac.

Du coup, moins on gagne de fric, plus on stresse, plus on fume et moins il nous reste de fric.

Je ne sais pas trop où je veux en venir avec cette démonstration sordide, je dis juste que nous ne sommes pas logés à la même enseigne (vous noterez au passage avec quelle dextérité j'enfonce une porte ouverte).

Et puis pour finir, je trouve très hypocrite les campagnes de prévention contre le tabagisme quand on les compare à celles contre l'alcoolisme. Et je me demande si un jour, nous verrons ça sur les bouteilles de vin, de bières et autres spiritueux qui font le bonheur de  nos soirées, de nos repas et des KdB:
abus d'alcool

Notez quand même que je n'y suis pas favorable. Car à moins de vivre sur Mars, ou d'être complètement déconnecté du monde réel, tout le monde sait que c'est mauvais pour la santé. Je ne crois pas que c'est en nous matraquant avec des images dégueulasses du corps humain ravagé par les méfaits de l'alcool ou du tabac que la consommation va ralentir et les dommages avec.

Je n'ai pas la solution pour inciter les gens à arrêter de fumer, ni pour lutter efficacement contre l'alcoolisme.

En même temps, ça se saurait si je l'avais, je ne serais pas là en train d'échanger mes humeurs du dimanche avec vous, je serais sans doute au gouvernement.

A moins, que toute cette affaire ne soit qu'une histoire de lobbies... Je vois le mal partout. 

Bon bah excusez-moi, je dois y aller, c'est l'heure de l'apéro.

Sinon, pour info juste comme ça au passage, mon paquet de clopes en 1995 coûtait 12,80 francs (soit 1,95€).

vendredi 28 septembre 2012

QG du jour 4 - Séduire la ménagère

Pendant les Trente Glorieuses, c'est l'avènement de la société de consommation.

La ménagère, cette figure stéréotypée qui regroupe à la fois la femme dans son foyer, la mère, l'épouse, la téléphage cible des chaînes de télévision et référence archaïque - encore aujourd'hui - de l'audimat, incarne pendant la révolution de l'électroménager qui lui simplifie la vie, à elle, la femme.
Elle devient donc modèle, actrice et consommatrice privilégiée des fabricants d’électroménager, qui développent des campagnes de publicité massive dans laquelle la femme est épanouie et trône fièrement au milieu de tout un arsenal de machines et de robots.
Fort heureusement, en matière d'électroménager, quelques progrès ont été faits dans le domaine de la pub mais il reste encore bien des clichés à faire tomber ailleurs.

Remember 1945-1973

Publicité Réfrigérateur de 1955
Réfrigérateur
Boris Vian, La Complainte du progrès, 1955
Autrefois pour faire sa cour, on parlait d'amour
Pour mieux prouver son ardeur, on offrait son coeur
Maintenant c'est plus pareil, ça change ça change
Pour séduire le cher ange, on lui glisse à l'oreille
Ah Gudule, viens m'embrasser, et je te donnerai...
Un frigidaire, un joli scooter,
Un atomixer, et du Dunlopillo
Une cuisinière, avec un four en verre
Des tas de couverts et des pelles à gâteau !
Une tourniquette pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur pour bouffer les odeurs
Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres


Moulinex libère la femme


Publicité Moulinex de 1961


Slogan de 1961:
"Moulinex libère la femme"









Cocotte Seb de 1953
seb 1953

Brandt - années 1970
Pub 1970
Ce n'est qu'à partir des années 1970 que la bonne vielle ménagère commence à disparaître, doucement mais sûrement, des campagnes publicitaires pour l'électroménager.

jeudi 27 septembre 2012

mercredi 26 septembre 2012

La contrariété de gauche existe

énervé
Tout les matins ou presque, je reçois de la part d'un de mes contradicteurs sur Twitter, un lien vers une connerie du Gouvernement, de la Gauche, du PS. Bref, tout ce que je suis censée défendre.

Précision: je préfère le terme de contradicteur au lieu de troll pour celles et ceux qui ne m'agressent pas, ne m'insultent pas, et ne s'accrochent pas à mon blog ou à ma TL comme des morbacs.

Donc en vrac, j'ai reçu des infos sur:
  • le (non)cumul des mandats dont certains socialos se contrefoutent comme de leur première chemise, 
  • le népotisme vomitif d'une socialo qui voudrait placer son fils à la tête de l'EPAD
  • Arnaud Montebourg qui s'intéresserait plus au bug Facebook qu'au sort des salariés PSA
  • le gouvernement qui reculerait à tour de bras sur toutes ses promesses
  • le gouvernement qui ne ferait rien en faveur de la compétitivité des entreprises
  • Fleur Pellerin qui préfèrerait aller au Grand Journal "aile du PS" plutôt sur sur BFM business
  • Dufflot le cul entre deux chaises
  • Claude Bartolone qui embauche sa femme
  • Hidalgo qui s'emmêle les pinceaux en déclarant que le FN a soutenu le régime de Vichy
STOOOOOOP!!!

Je ne dis pas que ça ne m'intéresse pas. Mais je voudrais préciser une chose: je ne suis pas une défenseuse envers et contre tout du Gouvernement, de la Gauche ou du PS. Et il m'arrive fréquemment de critiquer des trucs avec lesquels je ne suis pas d'accord.

Maintenant, être dans l'opposition me semble plus facile. Une dépêche, une info et hop! Twitter direct.
Quand on est sympathisant, ou militant du parti au pouvoir, c'est un autre délire.

Mais je ne suis pas aveugle. Je ne suis pas une bénie oui-oui du Gouvernement. Mais forcément, avant de cogner sur tel ou tel Ministre, j'essaie de trouver l'anguille sous le rocher.

Et quand les infos qu'on m'envoie sont souvent de simples supputations du Point ou de l'Express, je ne vous cache pas que j'y réfléchis à deux fois avant d'endosser mon armure et de me lancer dans la joute.

Enfin, je me vois mal bloguer sur des sujets que je ne maîtrise pas ou dont je me contrefous comme de ma première chemise.

Et je n'ai pas pour habitude de me jeter sur la 1ère dépêche. Je préfère une sale affaire bien croustillante avec preuves à l'appui que les affabulations fantasmagoriques de certains canards dont le fond de commerce est à gerber.

Ce qui ne veut pas dire que je cautionne et que je défends celles et ceux qui déconnent à pleines turbines.

Et ce n'est pas parce que je ne dis mot, que je consens. Qu'on se le tienne pour dit.

Il me semble aussi que le Gouvernement n'a pas besoin de moi pour se faire taper dessus. D'autres s'en chargent. Et c'est précisément parce que d'autres s'en chargent que je préfère parfois défendre ce qu'il fait de bien.

  • Je suis contente que le SMIC ait augmenté, ça me paie pile poil mon forfait téléphonique.
  • Je suis contente que la TVA ait été ramenée à 5.5 pour les bouquins
  • Je suis contente que des choses soient mises en place pour la parité, même si ce n'est pas suffisant
  • Je suis contente que Charlie Hebdo ait publié ses caricatures même si elles sont de très mauvais goût
  • Je suis contente que Sarkozy ne soit plus là
  • Je suis contente qu'on recrute dans l’Éducation Nationale
  • Je rigole quand le Point Godwin est atteint en moins de 5 minutes
  • Je me contrefous qu'on porte la kippa, la croix, le voile, le niqab, le turban, la soutane, des collants et des perruques en plein été, des rouflaquettes, la moustache, la barbe, la crête, la djellaba dans l'espace public
  • Je me contrefous des états d'âme (ou pas) de Cécile Dufflot
  • Je me contrefous de Jean-François Copé qui souffre de racisme anti-blanc
  • Je suis contente qu'on surtaxe les riches même si c'est symbolique
  • Je suis fière du discours de François Hollande hier à l'ONU
  • Je rigole quand j'entends que l'UMP veut surtaxer les villes comptant "tropt de logements sociaux et qui veut aussi comptabiliser les hôpitaux ou les prisons comme logements sociaux
  • je serai contente quand tous-tes les gays pourront se marier et avoir des enfants
  • je serai contente quand les étrangers voteront aux élections locales
  • je suis contente que Total ait été condamné
  • je suis satisfaite des emplois d'avenir
  • je n'ai pas peur de l'islam 
  • Je suis contente de me réveiller le matin en me disant que mon Président est de gauche 
Mais j'en ai ras-le-bol qu'on exige du Gouvernement qu'il aille plus vite que la musique et qu'il efface en 4 mois tout le bordel laissé par la droite et le sarkozysme depuis 10 ans.
Alors chacun son job.
 
Et moi je fais ce que je veux quand je veux. Bloguer et Tweeter, c'est pas mon boulot, sinon ça se saurait.

mardi 25 septembre 2012

Vous voulez un vrai bug Facebook? En voilà un! Et même deux! (MàJ)

Facebook
Branle bas de combat! Il paraît que Facebook a déconné à plein tubes hier!

Je dis "il paraît" parce que je n'étais pas chez moi quand la rumeur s'est répandue comme une trainée de poudre. Tout le monde a eu son petit cœur qui a fait boum de peur de voir publiés sur sa TL des messages privés.

Moi je m'en fous, j'utilise très peu la messagerie privée de Facebook et ce que j'y raconte rase les pâquerettes donc pas de quoi faire trembler mon entourage.

Par contre, je m'interroge: a-t-on eu une preuve avérée, visuelle, avez-vous eu dans votre entourage des victimes de ce bug et est-ce que des messages saugrenus et privés sont apparus sur votre TL?

Parce qu'il y aurait bien eu quelques témoignages ici ou là mais j'aurais bien voulu de bonnes vieilles captures d'écran bien salaces...***(cf. Mise à Jour en bas du billet)

En même temps, ça servira de leçon aux victimes. Quand on veut cacher des trucs, on évite d'en parler sur un réseau social.
C'est quand même pas compliqué de se créer une boîte mail alternative...

Et on est tellement dans le flou que le Gouvernement à sommer la direction de Facebook de rendre des comptes à la CNIL pour savoir si oui ou non, nos vies privées avaient subitement été rendues publiques.
Même Arnaud Montebourg s'en est mêlé.

A croire que le redressement productif concerne aussi Facebook qui - comme par hasard - s'écroule comme une bouse en bourse. Si ça se trouve, ce n'est juste qu'un vaste complot ourdi par ses concurrents pour l'accompagner dans sa chute.

Mais bon, pour ce que j'y connais de la Bourse, j'arrête mes spéculations ici.

Et en plus, tout le monde sait parfaitement que Facebook modifie régulièrement les conditions de confidentialité sans en avertir ses utilisateurs. Ce n'est pas une nouvelle. C'est regrettable, mais ce n'est pas nouveau.

Ah et puis si vous en voulez du bug, du vrai, chez Facebook, je vais vous en servir un, un vrai.

Le 29 août dernier, en soirée, alors que je publiais des conneries sur Facebook, comme ça m'arrive souvent de le faire, je vais sur ma page profil (ce que je ne fais pas souvent, je ne suis pas nombriliste à ce point) et là:

Oh surprise! Me voilà métamorphosée en Liv Tyler. Ma photo de profil avait changé. 

Parce que celles et ceux qui sont mes Facebook Potes ou qui me connaissent IRL savent parfaitement que JE ne suis pas Liv Tyler et savent encore plus que je ne lui ressemble pas.
Et puisque j'aime les captures d'écran, en voilà la preuve:
Liv Tyler
Alors, sur le moment, ça a bien fait marrer tout le monde.

Ça likait à tour de bras, mais personne pour m'expliquer d'où sortait ce bug.

Quelques jours plus tard, c'est une de mes potes qui s'est trouvée métamorphosée en Carlton (mais si, faites un effort, Carlton, le cousin du Prince de Bel Air)
Carlton

Alors? Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin pourraient-ils sommer Facebook de me donner des explications ou pas?

*** Après une enquête minutieuse auprès de quelques ami-e-s et de moi-même (oui il m'arrive de m'inspecter), il s'avère que NON, le bug n'est pas une affabulation ou une hallucination collective. Pour vous en rendre compte, rien de plus simple:
  • Allez sur votre TL.
  • Remontez jusqu'aux années 2007-2009 (si comme moi vous êtes sur Facebook depuis 2007)
  • Regardez attentivement les publications.
  • Cliquez sur la mention "20 de plus" "5 de plus"...etc. qui figure en bas de certaines publications pour dérouler l'historique de la conversation.
  • Et là: Oh surprise! Vous retrouverez des publications qui sont mot pour mot les mêmes que certains de vos messages privés échangés à cette même date.
  • Facile à vérifier quand on a conservé tous ses messages privés (suffit d'aller vérifier, pour le coup, dans votre messagerie privée)
Attention: vider votre messagerie privée ne supprimera pas les messages privés de votre Timeline.
Pour les effacer de votre TL: passez votre souris sur l'en-tête de la conversation et cliquez sur le crayon "modifier ou supprimer" et choisir "ne pas afficher dans le journal".

Pensez aussi à dérouler intégralement la chronologie microscopique sur la droite de votre TL.

Bilan de mon ménage: 6 MP dans ma TL entre 2007 et 2009 et rien depuis 2010.
Ne me remerciez pas, ça m'a fait plaisir.

lundi 24 septembre 2012

Bye bye CDI! Bonjour hyper-précarisation!

Précrarité
La fin du CDI?

On peut légitimement se poser la question, car:
En 2011, sur 21 millions de contrats signés (hors intérim), il y avait 17,3 millions de CDD, soit plus de 80%.
Précarité et mini-jobs sont le pain quotidien de celles et ceux qui rament. 
Le coup de pagaie entraînant les difficultés qu'on imagine.

Mais attendez, c'est pas tout:

Sur ces presque 55% de CDD, plus de 31% d'entre eux sont des contrats d'une journée. 24 heures. Un contrat de 24 heures.

Quand je relis ce que je viens d'écrire, j'ai l'impression de faire un non-sens, de raconter un truc impossible.

Et pourtant. Ce ne sont pas des affabulations puisque que c'est l'ACOSS elle même qui l'affirme. L'Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale fournit en effet depuis plusieurs années des études statistiques autour des sujets suivants: paiement des cotisations, assiette salariale et effectifs,entreprises individuelles,montée en charge des politiques d'emploi... 

La tendance au CDD éphémère, au CDD éclair, s'est accentuée depuis 2000 environ.

Entre 2000 et 2011, ceux qui ne durent qu'une semaine ont augmenté de 133%.

Pour expliquer ce phénomène, Alain Gubian, directeur des statistiques de l'ACOSS, évoque le développement des "CDD d'usage" dans certains secteurs d'activités qui peuvent se passer de CDI:
"Le déménagement, l'hôtellerie restauration, les centres de vacances, le sport professionnel, les spectacles, l'action culturelle, l'audiovisuel, la production cinématographique, l'enseignement, l'information, les activités d'enquête et de sondages".
Du coup, je me dis: "Mais comment faisaient ces secteurs d'activités avant?"

Je n'ai pas la réponse, mais j'aurais tendance à penser que la précarisation des travailleurs est devenue une mode des années 2000.

Priorité au travail, quelle que soit sa durée, quels qu'en soient les conséquences sociales.

Bon alors évidemment, entre temps: la Crise. D'accord. Mais je reste malgré tout sceptique face aux politiques qui n'ont rien fait pour ralentir cette tendance puisque le nombre de mini-jobs a explosé ces dernières années.

Elle a bon dos la Crise mais je peine à croire qu'elle soit seule responsable. 

Je comprends bien que certaines entreprises galèrent et que leurs projets sont souvent à court ou moyen terme, mais quand même. Je trouve ça flippant.

Surtout quand je lis l'analyse qu'en fait Philippe Askenazy, économiste du travail au CNRS, explique :
"Aujourd'hui, on a une classe de travailleurs qui sont en situation d'hyper-précarité, qui enchainent une semaine de travail au maximum, suivi d'un semaine de chômage, trois jours de travail, quatre jours de chômage [...] donc une hyper- précarité permanente qui se concentre sur des populations pas nécessairement peu qualifiées, mais souvent plus jeunes. La moyenne d'âge est [...] de l'ordre de 35 ans". 
Merde! Je suis en plein dedans (dans la merde et dans la tranche d'âge)!

Et sinon, est-ce que je peux dédier ce billet à Nicolas Sarkozy ou est-ce que c'est abuser? 


dimanche 23 septembre 2012

Ami-e-s de la poésie: Bonjour!

Mon indic a encore frappé en m'envoyant ce lien:


Au menu donc:
  1. Elle est indisposée
  2. Avoir des couilles
  3. La fée du logis
  4. Un garçon manqué
  5. La ménagère de moins de 50 ans
  6. L'heure des mamans
  7. Le chef de famille
  8. Arrête de faire ta fillette
  9. L'école maternelle
  10. Le sexe faible
Captain Haka me souffle qu'ils ont oublié "Bobonne". Expression qui ne manque pas de charme quand on la masculinise:
"Bonbon a fait les courses et le repas, on va se régaler"
Ce qui est marrant, c'est qu'il y a pas mal de débats sur la féminisation de la langue française en ce moment.

Certains jugent que la pompière est moins crédible que le pompier.

D'autres combattent la grammaire française qui inculque dès les premières années d'école  que "le masculin l'emporte sur le féminin", préconisant alors la règle de "proximité". Sous-entendu: si le groupe nominal se termine par une nom féminin, pourquoi ne pas utiliser un adjectifs de genre grammatical féminin?
Exemple:
"Les blogueurs et les blogueuses sont bavardes"
Du coup, j'ai essayé de trouver d'autres expressions dites "masculines" qui, dès qu'on les féminise, deviennent soit ridicules, soit dévalorisantes ou dégradantes. Et surtout, quand on les prend au sens propre, ça devient surréaliste.

"Je m'en bats les couilles" => "Je m'en bats les ovaires"

Imaginez un homme qui se contrefout de ce que vous lui racontez. Il se lève, baisse son froc et se met à battre ses couilles de gauche à droite d'un revers de main. 
L'image ne manque pas de poésie, vous en conviendrez.
Transposée au féminin, ça devient nettement plus compliqué à imaginer.
De son côté, El Camino semble préférer l'expression "je m'en bats les bollocks". Tout aussi difficile à imaginer, de même que moi qui emploie assez facilement "je m'en bats les reins".

"Elle est bonne" => "Il est bon"

Imaginez deux hommes vautrés dans un canap, regardant une bimbo (tiens! Quel serait donc l'équivalent de "bimbo" au masculin? Bonne question) se déhancher langoureusement à la TV.
"Wouah! Elle est bonne!"
Sous-entendu, "j'en mangerais bien".
Par contre le "Wouah! Il est bon", ça devient plutôt un équivalent de "Il est quand même vachement fort".

"C'est pas un sport de tapette" => "C'est pas un sport de gouine"

On imagine alors que la boxe, l’haltérophilie, ou le kickboxing sont donc réservés aux hommes, aux "vrais", ceux qui en ont (des couilles). Par contre, le sport de gouines, là je vois pas. Pourtant j'ai de l'imagination.

"C'est un grand homme" => "c'est une grande femme"

Un grand homme, dans l'imaginaire collectif, est un homme ayant accompli de grandes choses. Alors qu'une grande femme, on peut juste supposer qu'elle mesure 2 mètres.

"Quelle grosse vache!" => "Quel gros bœuf!"
Éventuellement, on pourra opter pour une conversion en "Gros porc", même si la connotation physique est bien moins évidente.

Et parmi celles que je n'ai pas réussi à "convertir", on trouvera entre autres: garage à bites, sac à foutre, bouche à pipe ou "nique ta mère".

Enfin, les insultes les plus violentes sont souvent liées au sexe féminin: fils/fille de pute, salope, enculé.
Car un salaud est toujours moins discriminé qu'une salope. La pute n'a pas d'équivalent masculin avec le même pouvoir insultant, et "enculer" renvoie à la sodomie donc aux femmes ou aux homosexuels (deux catégories souvent souvent associées à des personnes naturellement plus faibles que les hommes, les "vrais", ceux qui en ont, des couilles).

Et souvenez-vous aussi qu'un "cochon" sera toujours plus "mignon" qu'une "cochonne".

D'autres exemples?

Je crois que je vais aller lire Maupassant, ça va me détendre.

Vous en rêviez? Les LeftBlogs l'ont fait

Les Leftblogs embarqués sur vos smartphones.

Ce n'est plus un rêve, c'est la réalité.

Nous voilà donc tous-tes réuni-e-s grâce à l'appli Leftblogs, développée par Melclalex, aidé de Dadavidov et du reste de la bande.

A choper sur l'Appstore ou Google Play

samedi 22 septembre 2012

Jean-François Copé a craqué

Jean-François Copé se prend pour un chef de la Résistance.

Jean-François Copé a craqué.

Jean-François Copé a tweeté ça:
Je voudrais bien connaître le détail de ces attaques soit dit en passant.

A moins que je ne fasse pas partie des "compatriotes" dont par Jean-François Copé.

Ah tiens, Nicolas a fait un billet aussi en même temps que moi.

Une pensée pour les snobs

Jimmy Walter
Les snobs sont en deuil.

Le pianiste et compositeur français Benjamin Walter, dit Jimmy Walter,est mort à l'âge de 82 ans. Il était notamment l'auteur de "J'suis snob" interprétée par Boris Vian en 1955.

J'aurais pu vous citer bien d'autres œuvres des deux lascars mais j'aime tellement cette chanson que je m'en contenterai.
J'suis snob... J'suis snob
C'est vraiment l'seul défaut que j'gobe
Ça demande des mois d'turbin
C'est une vie de galérien
Mais lorsque je sors à son bras
Je suis fier du résultat
J'suis snob... Foutrement snob
Tous mes amis le sont
On est snobs et c'est bon

Chemises d'organdi, chaussures de zébu
Cravate d'Italie et méchant complet vermoulu
Un rubis au doigt... de pied, pas çui-là
Les ongles tout noirs et un très joli p'tit mouchoir
J'vais au cinéma voir des films suédois
Et j'entre au bistro pour boire du whisky à gogo
J'ai pas mal au foie, personne fait plus ça
J'ai un ulcère, c'est moins banal et plus cher

J'suis snob... J'suis snob
J'm'appelle Patrick, mais on dit Bob
Je fais du ch'val tous les matins
Car j'ador' l'odeur du crottin
Je ne fréquente que des baronnes
Aux noms comme des trombones
J'suis snob... Excessivement snob
Et quand j'parle d'amour
C'est tout nu dans la cour

On se réunit avec les amis
Tous les vendredis, pour faire des snobisme-parties
Il y a du coca, on déteste ça
Et du camembert qu'on mange à la petite cuiller
Mon appartement est vraiment charmant
J'me chauffe au diamant, on n'peut rien rêver d'plus fumant
J'avais la télé, mais ça m'ennuyait
Je l'ai r'tournée... d'l'aut' côté c'est passionnant

J'suis snob... J'suis snob
J'suis ravagé par ce microbe
J'ai des accidents en Jaguar
Je passe le mois d'août au plumard
C'est dans les p'tits détails comme ça
Que l'on est snob ou pas
J'suis snob... Encor plus snob que tout à l'heure
Et quand je serai mort
J'veux un suaire de chez Dior!

vendredi 21 septembre 2012

Y a un truc qui tourne pas rond

Les Unes de nombreux magazines ont été l'objet de bien des débats ces derniers jours sur la toile.
On a eu droit:
Aux nichons de Kate en mode Closer

Aux Intouchables version Charlie Hebdo 

A la nostalgie façon l'Express

Et là, je découvre grâce à un tweet de @Rosselin la Une de Newsweek du mois d'août dernier.

Et là, je me dis qu'il y a quand même un truc qui tourne pas rond quelque part.

Mais je ne saurais pas dire quoi, ni où, ni pourquoi.

Puisque c'est ça, je vais aller faire un tour chez le vieux, ça va me détendre.