mardi 28 janvier 2014

La rumeur du Djendeur ou l'école rêvée des réacs

Avant toute chose, que mes amis un peu réacs m'excusent de les interpeller ainsi. Mais je ne sais plus trop comment nommer celles et ceux qui manifestent contre l'IVG, contre le mariage homosexuel, contre les homosexuels mariés ou pas, contre les gender studies, contre la dictatuuuuuure socialiiiiiiiste, et j'en passe.

Aujourd'hui, on ne parle que de ça:

Cette putain de rumeur qui voudrait faire de nos écoles un lieu de débauche et de touche-pipi à tous les étages.

Car dans l'école rêvée des réacs:
  • Les profs sont blancs, si possible cathos, mais on tolère aussi les musulmans modérés
  • Les filles ne portent que des jupes, si possible plissées en-dessous du genou
  • Les garçons sont forcément en pantalon
  • Les filles n'ont pas le droit de jouer au foot, de jouer aux petites voitures
  • Les garçons sont interdits de poupées
  • Les filles ont forcément les cheveux longs
  • Les garçons ont forcément les cheveux cours
  • Les filles et les garçons n'ont pas de sexualité. Ils ne se tripotent jamais et les garçons ont l'interdiction formelle de sortir du lit le matin avec la gaule
  • Les filles qui aiment les filles sont des créatures du diable, perverses, tordues et vouées à brûler en enfer avec les autres subversives de leur espèce. Il faut les rééduquer au plus vite en les internant dans des instituts spécialisés, mais on peut aussi opter pour un traitement médical à base de lobotomie.
  • Les garçons qui aiment les garçons ne sont que des pédés qui nient leur nature virile, qui renoncent à la puissance naturelle de leur sexe, celui que la Nature leur a donné. Il faut eux aussi les rééduquer et leur rappeler que "tu seras un homme mon fils", un vrai, un qui en a dans le pantalon et qui ne va jamais se détourner du chemin que Dieu a tracé pour lui.
  • L'homosexualité n'existe pas. C'est une invention des pervers de gauche qu'il faut absolument combattre dès le plus jeune âge. 
  • Si toutefois, on soupçonnait des traces d'homosexualité chez les jeunes, il faudrait leur expliquer que c'est normal de se chercher à la puberté, mais qu'il faut pas se chercher trop longtemps et que, si besoin, on peut l'accompagner vers une psychanalyse pour l'aider à trouver son chemin vers une hétérosexualité épanouie.
  • Il faut marteler dans le crâne des enfants que la vraie vie c'est un homme, une femme, un papa, une maman. Que la princesse sera toujours une faible femme et que le chevalier aura toujours le dernier mot.
  • Il faut leur expliquer que cette connasse de princesse aura toujours besoin du preux chevalier dans les contes, mais aussi dans la vie.
  • Il faut leur expliquer qu'une femme qui ne veut pas d'enfants, c'est qu'elle a un problème. Un gros problème, que c'est une mal baisée, ou qu'elle a subi un traumatisme par le passé. Car une femme veut toujours des enfants. Les petites filles veulent toujours être infirmière et les garçons veulent toujours être pompier.
  • Il faut aussi leur expliquer qu'une femme qui ne se marie pas, c'est qu'elle n'est pas baisable ou qu'elle a un comportement indigne de la Nature féminine qui voue la femme au mariage.
  • Il faut par contre leur dire qu'un homme célibataire, c'est un Don Juan, un Casanova, un homme qui aime tellement les femmes qu'il n'arrive pas à choisir.
  • Quant aux enfants qui crieraient haut et fort qu'ils ont deux mamans ou deux papas, il ne faut surtout pas les fréquenter car ils sont dangereux.
Vous trouvez que j'abuse? Que je vais trop loin? Que je nage en plein délire?
Franchement, au point où on en est, tout est permis non?

Et puis après tout, ce n'est qu'une rumeur... 


28/01/2014 Question d'Olivier Faure sur la... par olivierfaure

samedi 25 janvier 2014

L'ignorance et la connerie réunies

Le 14 janvier dernier, Rue 69 publiait un article intitulé:
Parmi ces opposants, on trouve Farida Belghoul, une enseignante, cinéaste, romancière, passée de SOS Racisme à Egalité et Réconciliation, l'illustre mouvement du non moins illustre Alain Soral.
Si c'est moi qui avais écrit l'article de Rue 69, j'aurais sans doute remplacé le mot "idiots" par autre chose. Mais restons polis.

Farida Belghoul a lancé une initiative cocasse et quelque peu débile:
"Je voudrais aussi proposer une initiative simple, à laquelle j’appelle toutes les femmes, c’est que 2014 soit l’année de la robe, puisque la théorie du genre veut de manière définitive nous faire porter le pantalon. Ce qui a été l’une des erreurs que j’ai commise. Et je m’engage maintenant en tant que mère, en tant qu’enseignante, en tant que femme, en tant que militante à m’habiller selon ma nature première et je serai donc toujours en robe."
Cette brave dame, comme tant d'autres avant elle, n'a rien compris. Elle parle sans savoir.

Jamais, et je mets quiconque au défi de me prouver le contraire, les défenseurs de ce qu'il convient d'appeler maintenant "la théorie du genre", n'ont voulu contraindre les femmes à porter des pantalons et donc à fortiori les hommes à porter des jupes.
C'est complètement débile. D'où tient-elle des conneries pareil?

Ceci dit, je ne serais pas contre voir mon mec en jupe parce qu'il est vraiment bien gaulé. Mais je m'égare.

"M'habiller selon ma nature première"... Et pourquoi donc diantre? Nous ne sommes pas nées en jupe que je sache? Quelle est donc cette idée saugrenue?

Cette femme se bat aussi contre "l’introduction à l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité" à l'école.
Et pour se faire entendre, elle encourage les parents à retirer leurs enfants de l'école 1 jour par mois.
Elle combat donc l'introduction à l'école de toute pratique sexuelle qui ne serait pas héritée de la sacro-sainte norme hétérocentrée.
Cette femme veut que l'on enseigne à nos enfants que toute autre pratique sexuelle que celle de Papa et Maman est une aberration, une subversion, une maladie, une bêtise voire un crime.
Cette femme veut que nos enfants grandissent sans savoir qu'il existe d'autres pratiques sexuelles légales.

Cette femme veut qu'on rentre dans le crâne d'une petite fille qui aimerait une petite fille, qu'elle est malade, qu'elle n'a pas le droit, que tout ça c'est de la faute de cette connasse d'instit qui lui a monté le bourrichon avec des théories contre naturaaaaaan.

Cette femme est dangereuse. Cette femme devrait aller faire un tour dans les asso telles que Le Refuge qui vient en aide aux homosexuel-les rejetés par leurs proches, leur famille, leurs amis. 
Madame Belghoul affirme aussi:
"Que sont ces "stéréotypes de genre"? Ce sont les réactions ou les penchants naturels de nos garçons et de nos filles. Si une fille aime jouer à la poupée, pour le lobby LGBT c'est un stéréotype de genre qu'il faut combattre en la conduisant plutôt à jouer aux petites voitures. Si un garçon veut jouer aux petites voitures, le lobby LGBT l'incitera alors à jouer à la poupée."
Cette femme est une menteuse. Je suis à deux doigts de l'insulter mais je me fais violence. Elle raconte n'importe quoi. Il n'a jamais été question d'empêcher les petites filles de jouer à la poupée mais de leur permettre de jouer à des jeux dits "de garçons" si elles le souhaitent. De même qu'un petit garçon a le droit de jouer à la poupée.

Permettre cela à nos enfants, c'est aussi les encourager à exprimer leurs différences de goûts, de choix, de hobbies sans qu'ils s'exposent aux railleries (dans le meilleur des cas) ou au rejet.

Et les enseignants sont aussi là pour encourager nos enfants à exprimer leurs différences, à les assumer librement et dans la dignité.

Et je me demande ce qu'elle entend par "introduction à l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité"... Je laisse les jeux de mots à mes commentateurs ...
Mais "introduction"... C'est à dire?
  • Pense-t-elle qu'il n'y a aucun gay, aucune lesbienne dans le corps enseignant?
  • Pense-t-elle que certains enfants "deviennent" homosexuels à cause de leurs profs? 
  • Faut-il désormais qu'on exige des enseignants qu'ils rendent publiques leurs pratiques sexuelles afin de se prémunir de toute "perversion" de nos enfants?
  • Cette femme est-elle folle ou simplement dangereuse?
Je pose la question.

Et j'en pose une deuxième:
Ira-t-elle manifester avec tous les réacs de la pire espèce qui vont arpenter les boulevards de France et de Navarre demain?

Tous ces gens me font de la peine. Je les plains. Je plains leur entourage et je plains leur enfants.

Et je les emmerde. Accessoirement.

vendredi 24 janvier 2014

Yerres, la ville du paradoxe #mun91330

Si tu suis un peu mon actu, tu sais que je fais campagne pour Alain Bétant contre Nicolas Dupont-Aignan pour les Municipales à Yerres.

Nicolas Dupont-Aignan est le maire le mieux élu de France.
C'est la théorie du paradoxe.

C'est à croire qu'à Yerres, les gens aiment payer des impôts exorbitants.
Alors comme je suis en campagne, il m'arrive de chercher des infos à gauche, à droite, et même très à droite.
Donc, sur le site de Debout la République, comme sur tous les sites de tous les partis, il y a un appel au don.
C'est normal. C'est légal. Et c'est tant mieux.

Mais sur le site de Debout la République, l'argument de l'appel au don m'a doucement fait rigoler:


Bon alors évidemment je sais bien que c'est sur les impôts sur le revenu que le don est déductible, mais j'avoue que je trouve l'argument des impôts assez cocasse pour un maire qui racle les fonds de tiroirs de ses administrés comme aucun autre maire de France.

Du coup, j'en arrive à me demander si les Yerrois qui votent pour Nicolas Dupont-Aignan en dépit des impôts locaux surélevés sont tous adhérents à DLR. Car finalement, en adhérant à DLR généreusement, la pilule de la fiscalité locale passe peut-être mieux.

L'un dans l'autre comme on dit.

Moi perso, j'ai une autre solution.

En votant pour Alain Bétant, les impôts baisseront. C'est non seulement une promesse de campagne, mais en plus c'est possible et ça fait des mois qu'on le démontre par A+B. 

http://voxdegauche.fr/yerres-avant-tout-rejoignez-le-comite-de-soutien-de-la-liste-conduite-par-alain-betant/

lundi 20 janvier 2014

Touche pas à mon IVG!

J'imagine que tu ne me croiras pas si je te dis que je suis passée complètement à côté de la Manif des pro-Vie, pro-maternité-forcée, pro-morale, pro-Jésus.
Ils étaient ainsi plusieurs milliers à défiler à Paris pour saluer la régression du Gouvernement espagnol qui vient de sabrer le droit à l'IVG en limitant son accès et en réduisant à peau de chagrin les raisons légitimes qui peuvent pousser une femme à avorter.

Nadine Morano s'en est évidemment mêlée en affirmant haut et fort que les socialos, en chacun de qui sommeille un dépravé perverti, voulaient banaliser l'IVG.


Banaliser: Rendre quelque chose banal, commun, courant.
Ils aiment bien ce verbe à droite.
  • Banaliser l'homosexualité.
  • Banaliser le cannabis thérapeutique.
  • Banaliser les salles de shoot.
  • Banaliser l'euthanasie.
  • Banaliser l'IVG.
Et de nous rappeler que Simone Veil elle-même, en 1975, rappelait en ouverture des débats qu'aucune femme n'avorte de gaieté de cœur et que l'IVG n'est pas un acte anodin.

Je mets au défi Madame Morano et consorts de nous montrer où et quand les socialistes ont affirmé que l'IVG, ça allait devenir aussi banal que d'aller acheter une baguette de pain. Je les mets au défi de nous dire où et quand il a été affirmé que l'IVG deviendrait normal, quotidien, voire obligatoire au moins une fois dans une vie de femme.

Non. Ce qui doit devenir banal, c'est de pouvoir en parler,
  • C'est de pouvoir dire qu'on a avorté une fois dans sa vie sans qu'on soit assaillie de remarques, remontrances et réprimandes,
  • C'est de pouvoir se pointer dans n'importe quel hôpital digne de ce nom pour avorter
  • C'est de pouvoir savoir où se rendre près de chez nous pour avorter
  • C'est de pouvoir choisir si oui ou non, là, tout de suite, maintenant, on se voit pouponner dans 9 mois alors que c'était pas prévu
  • C'est de reconnaître que la pilule et la capote ne sont pas infaillibles
  • C'est d'admettre qu'une femme, "une vraie", peut avoir une vie sexuelle débridée sans pour autant souhaiter être mère, cela ne fait d'elle ni une mauvaise fille, ni une pute, ni une névrosée.
  • Une femme peut baiser tous les jours en prenant la pilule et tomber enceinte malgré tout.
  • Une femme a le droit de ne pas vouloir d'enfants.
  • Une femme et un homme qui "prennent leurs précautions" comme on dit, pour ne pas avoir d'enfants, doivent pouvoir aller du jour au lendemain dans un endroit sûr pour que Madame puisse avorter.
  • Une femme peut aussi, un jour, une nuit, au détour d'un moment d'égarement, ou d'une soirée arrosée (comme les hommes soit dit en passant), avoir une relation non protégée. Et elle ne doit pas pour autant être obligée de garder l'embryon qui aura élu domicile dans son ventre quelques semaines plus tard, uniquement parce qu'un jour ou une nuit, elle aura fait preuve d'égarement. Et il n'est pas question qu'elle paie toute sa vie ce moment en élevant un enfant qu'elle n'aura pas souhaité.

  • Ce qui doit devenir banal, c'est l'accès à l'IVG, le droit à y avoir recours dans la dignité sans être montrée du doigt comme une mauvaise fille irresponsable.
  • Ce qui doit devenir banal, c'est d'avorter dans un cadre apaisé et neutre où on ne va pas se taper 45 minutes de morale paternaliste et culpabilisante sur la nature féminine et la sacro-sainte maternité.
  • Ce qui doit devenir banal, c'est qu'une jeune fille puisse savoir tout de suite où, quand et à qui s'adresser pour avorter.
Voilà ce qui doit devenir banal. 

Alors, Mesdames et Messieurs reaco-conservo-catho-moralistes, arrêtez de dire n'importe quoi. Lisez donc ce que prévoit la réforme portée par Najat Vallaud-Belkacem.

Et si les positions rétrogrades du Gouvernement espagnol vous procurent une émotion à ce point humide et orgasmique: barrez-vous.

Et j'attends la sortie de Marine Le Pen sur les "IVG de confort"... Et la boucle sera bouclée.

Billet avorté depuis un iPhone.

Servez-vous:

samedi 18 janvier 2014

L'Eglise, l'égalité des sexes... et moi... dans un bouquin.

Un nouveau livre vient d'enrichir ma bibliothèque. Il m'a été offert par les auteures qui m'ont contactée il y a quelques mois pour me demander l'autorisation de citer mon blog. Oui parfaitement. ce même blog sur lequel tu te balades en ce moment-même.
Le résultat est plus que concluant (le bouquin hein... Pas la citation!).

Ceci dit, si on m'avait dit qu'un jour je serais citée dans un livre qui traite de l’Église, les bras m'en seraient tombés. 

Extrait:
Et le billet en question se trouve ici: La parité selon Patrick Besson: pépées, canons et geishas

Et si tu veux en savoir plus sur ce livre, tu cliques là.

Bonne lecture!

dimanche 12 janvier 2014

Comment la gauche a sauvé les fesses de Serge Dassault

Cette semaine, j'ai publié à l'arrache un billet sur Serge Dassault, dont les fesses ont encore eu bien chaud mais c'était compter sans le soutien sans faille de ce qui ressemble de plus en plus à une caste.

En commentaire à mon billet, Jégoun m'a dit qu'il ne fallait pas "que les juges puissent s'´attaquer trop facilement au législateur sinon ils auraient le pouvoir"
Ce à quoi j'ai répondu qu'il y avait quand même de la marge, surtout en ce qui concerne Serge Dassault. Par ailleurs, si tous nos élus étaient super cleans, ils n'auraient pas grand chose à craindre des juges.

M'est avis qu'il y a un juste milieu entre "s'attaquer trop facilement" et ne rien pouvoir faire du tout, même pas mettre en examen un sénateur qui semble trimballer une batterie de casseroles assez dégueulasses derrière lui.

Le Bureau du Sénat a une nouvelle fois sauvé Serge Dassault. La sacro-sainte immunité ne sera pas levée. Les mains non plus d'ailleurs puisque le vote s'est tenu à bulletin secret comme c'est l'habitude depuis 1995 et qu'il n'y a donc aucun moyen de savoir qui a voté contre la levée de l'immunité. 

Comme je suis nulle en maths, je copie-colle les conclusions de Rue 89:
"La droite sénatoriale, avec ses 12 voix au bureau, assume: elle fait bloc autour de Dassault, a voté contre la levée de l’immunité et ne s’en cache pas. La gauche compte 9 socialistes, 3 communistes, 1 PRG, 1 écolo. Tous ont dit avoir voté en faveur de la levée de l’immunité, mais deux voix ont en réalité manqué à l’appel : un vote contre et une abstention."
La droite assume. Moi qui suis de gauche, je ne peux que saluer le fait qu'elle assume ses responsabilités. 
Mais moi qui suis de gauche, je trouve tout à fait ridicule d'entendre depuis 3 jours les sénateurs et sénatrices de gauche pleurer alors que l'un d'entre eux a voté contre.

Donc, j'ai imaginé plusieurs hypothèses:
  1. D'autres sénateurs ont des trucs à se reprocher et craignent aussi pour leurs fesses. Donc ils ont voté contre, de peur que leur propre immunité saute aussi.
  2. Le sénateur ou la sénatrice de gauche qui a voté contre, trimballe des casseroles, voire carrément les mêmes casseroles de Serge Dassault, voire pire: si l'immunité saute, on découvrira qu'il est mouillé dans les mêmes affaires que lui. Donc: solidarité.
  3. Les sénateurs et sénatrices se croient au-dessus des lois et forment une espèce de caste solidaire contre vents et marées par delà les divergences politiques, ils seraient sénateurs et sénatrices avant d'être de gauche ou de droite.
  4. La droite ment. Les sénateurs de droite se sont mis d'accord: un seul d'entre eux aurait voté pour en sachant très bien que ça ne passerait pas. Tout ça juste histoire de faire chier la gauche.
Entre vous et moi, je penche pour le petit 1) et le petit 3).

Toujours est-il que je n'ai pas changé de position depuis mon dernier billet et que ça me fout la gerbe.

En 2011, pour la première fois de son histoire, le Sénat a basculé à gauche. J'ai applaudi des deux mains. Le changement comme on disait déjà.

En 2012, le Gouvernement nous a rabattu les oreilles avec la moralisation de la vie politique, publique et le toutim. La transparence qu'ils disaient. 

Pardon mais je n'avais pas compris qu'il s'agissait d'une transparence à durée limitée.

Quelle naïve je fais.

Et alors que cette semaine, tous les politiques sont montés au créneau pour fustiger Dieudonné, que quelques-un comme Hervé Morin ont carrément affirmé que la possible relation du Président avec une commédienne "discréditait la fonction présidentielle", il eût été de bon ton qu'ils montent au créneau avec la même énergie pour s'offusquer du vote du Sénat.

Justice à géométrie variable, transparence variable, morale douteuse... Bravo le Sénat!

A lire aussi:
Source de l'illustration: Xavier Delucq pour Le Huffington Post.

vendredi 10 janvier 2014

Et pendant ce temps-là: le cannabis à la rescousse des malades de la sclérose en plaques

Hier, pendant que tous les médias de France, de Navarre, du monde et de l'univers étaient à Nantes, sur le parking d'un Zénith vide (le Zénith, pas le parking),

Ce matin pendant que les chaînes d'"informations" et France Info titraient leurs Unes sur "Closer, Julie Gayet et François Hollande",

Et bien pendant ce temps-là, le Ministère de la Santé validait la commercialisation du Sativex, spray buccal à base de cannabis et dont les vertus ne sont plus à démontrer pour soulager les douleurs des personnes atteintes de sclérose en plaques*.

Mais, ça tout le monde s'en fout.
 
Comme moi je me fous de savoir si François Hollande fornique en dehors de l’Élysée, ou si Dieudonné jouera son prochain spectacle ou pas.

La SEP, tout le monde s'en fout. Sauf le jour où ça te tombe sur la tronche ou sur celle d'un de tes proches.
 
Un jour, quelqu'un se réveille, mal au crâne, mal aux yeux, la vision altérée, la nausée permanente.
Des fourmis dans les doigts, dans les jambes, et dans les yeux aussi.
On appelle ça "une poussée".
Scanners, IRM, ponctions lombaires... Et enfin, l'examen inéluctable en cas de suspicion de SEP: le test de potentiels évoqués.


Et puis voilà. Quelqu'un, un beau matin, apprend qu'il a une sclérose en plaques, comme ça, du jour au lendemain.


Et puis il apprend qu'il n'y a pas de traitement mais qu'au Canada, ils sont à la pointe sur la recherche médicale, et qu'ils soulagent les malades avec des médocs à base de cannabis.

Le cannabis thérapeutique.

Et donc, un beau matin, après le terrible verdict, quelqu'un fume un joint et trouve que ça fait sacrément du bien.


Et puis quelques temps plus tard, la poussée s'en va, la vie reprend (presque) normalement.


Et puis, un 9 janvier 2014, alors que les médias ne parlent que d'un bouffon antisémite pas drôle, quelqu'un apprend qu'un nouveau médoc à base de cannabis va être commercialisé en France.


Et quelqu'un est content. Bien plus grâce à cette nouvelle qu'à celle de l'annonce de l'annulation d'un meeting spectacle nauséabond.


C'est la vie.


Chacun ses priorités.

*SEP

jeudi 9 janvier 2014

Dassault ou la justice à géométrie variable

 Justice à 12 vitesses.

Le copain Cyril a écrit un billet avec lequel je suis d'accord à 100%.
Allez le lire, c'est ici:
Merci le Sénat. http://www.jepense-jecris.fr/2014/01/merci-le-senat.html

Et il cite entre autre un extrait de la Constitution:

"Aucun membre du Parlement ne peut faire l'objet, en matière criminelle ou correctionnelle, d'une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté qu'avec l'autorisation du Bureau de l'assemblée dont il fait partie."


Et moi, je pose la question:

"Je risque quoi moi citoyenne lambda si je suis soupçonnée des même délits que Papi Dassault? Et si je suis coupable, qu'est-ce qui m'attend?"

Sûrement pas un "Bureau" qui décidera si oui ou non la police ou les juges ont le droit ou pas de venir me faire chier.

Cette justice à géométrie variable me fout la gerbe.

Merci le Sénat.

samedi 4 janvier 2014

A deux pas de l'enfer, les voeux 2014 des tocards

Il y a 3 jours, les trépanés de la Manif Pour Tous publiaient leurs vœux sur la toile.


Famille pour tous, camping pour tous, Antigone, Hommen, Prisonnier politique, Marianne pour tous, les Veilleurs... Bref, un carnaval plus vrai que nature.


Et même le "Cache cache pour tous". 

Une vaste blague.

Un clip apocalyptique rythmé par une bande son tout aussi apocalyptique. 

Et pour cause. Hier, les compositeurs de la bande son ont demandé la suppression de la vidéo pour atteinte aux droits d'auteur. Il semblerait que nos amis de la Manif Pour Tous se soient approprié une musique sans autorisation. Ce seraient donc des voleurs, ni plus ni moins. Une nouvelle qualité qu'ils peuvent ajouter à leur CV. Et quand j'ai vu le nom des compositeurs, je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire:


Two Steps From Hell / A deux pas de l'Enfer
 
Avouez que c'est cocasse, un collectif noyauté par des intégristes cathos qui choisit comme bande son un groupe dont le nom évoque l'enfer...

Two Steps From Hell est une société américaine de production musicale fondée le 4 février 2006. Et les titres de leurs albums sont tout aussi évocateurs:
  • Halloween
  • Shadows & Nightmares
  • All Drums Go To Hell
  • Pathogen
  • The Devil Wears Nada
  • Power of Darkness
Des cauchemars, une dose d'ombres, une pincée d'enfer et de diable, et vous obtenez la source d'inspiration des Trépanés de la Manif Pour Tous.

Franchement, les bras m'en tombent tellement je pensais que ces individus avaient atteint de top niveau de la connerie.

C'était compter sans Béatrice Bourges, jamais à cours d'inspiration pour élever le niveau de la connerie vers l'infini et au-delà.